Conséquences métaboliques et comportementales de l’augmentation de la fréquence des prises alimentaires.

Thèse
Doctorants :
Xavier ALLIROT
Extrait :
Les rythmes alimentaires représentent un aspect fondamental de la nutrition. Leur déstructuration via la multiplication des prises alimentaires, peut avoir des effets majeurs sur la santé. Cette étude a mesuré les conséquences d’un fractionnement des repas sur la satiété et le contrôle de l’appétit, tant sur les aspects du comportement alimentaire que sur les aspects physiologiques. Elle a permis de souligner que l’augmentation de la fréquence des prises alimentaires induit des choix différents chez des personnes de poids normal et chez des personnes en surpoids. Les bénéfices attendus de ces résultats sont une meilleure connaissance de nouveaux modes d’alimentation et l’élaboration de recommandations, notamment pour les personnes en surpoids, permettant d’adapter les prises alimentaires tout au long de la journée.
Directeur de thèse :
Martine Laville
École doctorale :
EDISS - Université Lyon 1
Partenaires :
  • Fondation Nestlé France
  • CRNH Rhône-Alpes
  • Université Lyon 1
  • HCL
  • Thermes de Brides-Les-Bains
Date de soutenance :
22 novembre 2012

A la une

Institut Paul Bocuse

Château du Vivier - Ecully
Tél. +33 (0)4 72 18 02 20

20, place Bellecour - Lyon
Tél. +33 (0)4 78 37 23 02

A télécharger

Suivez-nous