Séminaire Recherche Sciences Cognitives - apparence corporelle et comportements alimentaires

Le 26 mars 2019

Possibilité de participer via web conférence / Inscription gratuite / Ouvert aux chercheurs et membres de notre Comité Recherche et Innovation

14:00 à 14:40
Jérémie Lafraire - Research Group Leader – Cognitive Science at Institut Paul Bocuse Research Center
‘Etudier les catégories alimentaires des patientes anorexiques au moyen des méthodologies implicites’
Les patients souffrant de Troubles du Comportement Alimentaire (TCA), et plus particulièrement d’Anorexie Mentale (AM), ont un taux de mortalité particulièrement important (Sullivan, 1995), jusqu’à 2 à 8 % chez les patients souffrant d’AM (Herzog et al., 2000; Neumarker, 1997; Nussbaum, 1992; Woodside, 1995). L’hyper-sélectivité alimentaire des patients se traduit principalement par un évitement systématique d’aliments perçus comme caloriques (Drewnowski et al. 1988 ; 1991) mais aussi par le rejet d’aliments jugés impurs (Rozin, 1997 ; Skarderud, 2007). De ce fait, il est vraisemblable que les propriétés morales attribuées aux aliments soient associées implicitement aux marqueurs perceptifs de la densité énergétique. Récemment, la couleur et le degré de transformation des aliments ont été identifiés comme étant de tels marqueurs de la densité énergétique (Foroni et al., 2016).

Cette intervention aura pour objectif de présenter une expérimentation, réalisée en collaboration avec Lola Tournayre (IPBR/UQTR-Loricorps) et Clinéa, testant l’existence de relations implicites entre certaines variables alimentaires (notamment le degré de transformation et la couleur) et des attributs moraux (pur/impur). Le paradigme était une tâche d’association Go/No-Go, GNAT (Nosek & Banaji, 2001), programmée sous Eprime©, et déployée sur 32 patientes souffrant d’anorexie mentale (24.4 ans ± 4.7, IMC = 16.6 ± 2.1) et 32 sujets contrôle (24,7 ans ± 3.4, IMC = 21.6 ± 3.2). Les stimuli alimentaires étaient 48 images issus de la base de données FoodPics (Blechert et al., 2014): 24 aliments transformés et 24 non-transformés. Ces images étaient associées à 24 mots relatifs à la notion de pureté et 24 mots relatifs à la notion d’impureté (Graham et al., 2008) dans des conditions soit congruentes (ex. transformé-impur) soit incongruentes (ex. non-transformé-impur). Les analyses des temps de réaction révèlent l’existence des deux associations implicites: transformé-impur et non-tranformé-pur chez les sujets anorexiques mais également dans la population contrôle. Ces résultats surprenants mettant en évidence ces associations implicites non-triviales dans les deux populations nous invitent à poursuivre l’étude de la dimension morale des représentations alimentaires en ajoutant d’autres variables telles que des mesures du contrôle inhibiteur et des distorsions du schéma corporel.

14:40 à 16:00
Isabel Urdapilleta - Professeur de psychologie de la santé à la faculté de Vincennes Saint-Denis - France. Elle possède un doctorat en psychologie cognitive (Nestlé France - Sensory Evaluation Laboratory) et une « Habilitation à Diriger des Recherches » en psychologie clinique et sociale - intitulée: « Représentations alimentaires et sensorielles : une approche par la catégorisation ». Ses recherches portent sur l’examen des croyances et des représentations pouvant mener à des comportements favorables à la santé
‘ Stigmatisation, apparence corporelle et comportements alimentaires’
Après avoir rappelé la place prépondérante du corps, des apparences et normes de beauté dans l’histoire de l’Occident, nous nous penchons sur sa place dans notre société contemporaine. Ce corps qui nous « être au monde » par un enchainement de pratiques, de modèles et valeurs en vigueur dans notre système social, est aussi support de jugements sociaux. C’est ce que nous montrons dans une première étude visant à appréhender les déterminants du jugement des individus, dans une situation professionnelle, à partir de leur apparence corporelle plus ou moins proche de la norme de minceur. Nous en concluons que ce corps, signe d’identité, est parfois objet de jugements stigmatisants. C’est ce que nous observons dans une seconde étude en analysant la représentation des personnes obèses, tenues responsables de leur corps qualifié de « laid et moche » ou de leur « mauvaise alimentation ». S’ensuit pour le sujet stigmatisé des comportements exacerbés visant à éviter la discrimination et la honte liée à l’apparence corporelle. C’est que nous montrons dans une troisième étude dans laquelle nous avons filmé les comportements de femmes et d’hommes souffrant d'obésité au cours de leurs activités quotidiennes : lorsqu’elles se déplacent, achètent ou consomment de la nourriture. Dans une quatrième étude, nous examinons la perception et ou la représentation de sa propre corpulence de diverses populations (jeunes femmes souffrant d’anorexie ou d’obésité, etc.) en nous interrogeant sur les liens entre stigmatisation et représentations corporelles.

L’ensemble des études présentées utilisent des méthodologies variées, allant de tâches d’associations verbales, d’entretiens de recherche, à des méthodes expérimentales, mais aussi écologiques par l’utilisation de micro-caméra filmant l’activité du sujet ou encore de méthode de distorsions photographiques. Elles se situent dans le champ de la psychologie sociale mais aussi clinique ou cognitive.

Merci de confirmer votre présence à symposium@institutpaulbocuse.com
Institut Paul Bocuse, 1 chemin de Calabert, Ecully.
Accès en bus 55 (de la gare de Perrache) ou en bus 3 (de Gorge de loup). Arrêt « Le Trouillat », puis montez le Chemin du Trouillat jusqu'au Château / Parc du Vivier.

 Pour accéder à tous nos évènements


Lieu(x) :
Site actualité
Ecully
Batiment Pédagogique
2e etage
Salle Mandarin Oriental

Type :
Recherche

A la une

Institut Paul Bocuse

Château du Vivier - Ecully - France
Tel: +33 (0)4 72 18 02 20

20, place Bellecour - Lyon - France
Tel: +33 (0)4 78 37 23 02

Suivez-nous